ANATOMIE - OSTÉOLOGIE

Ces cours d'Ostéologie de l'appareil locomoteur correspondent aux exigences de la première année du DEUG (Diplôme d'Etudes Universitaires Générales) de l'UFR STAPS des Antilles et de la Guyane. D'une manière générale, ils sont communs à l'ensemble des UFR STAPS mais peuvent être abordés selon les cursus, indifféremment en 1° ou 2° année de DEUG. Leur présentation "interactive" en facilite la lecture. Le texte court, respecte toujours le même plan, facilitant la mémorisation. Sans détails inutiles, il présente dans un souci pédagogique, la description générale et morphologique de nombreux os ainsi que des remarques d'ordre clinique et/ou pathologique : ouverture vers une meilleure compréhension.

Ces cours sont mis à disposition des étudiants à des fins pédagogiques (révision STAPS, préparation aux Brevets d'État fédéraux, remise à jour de connaissances passées, préparation à l'entrée en STAPS, en école de Kinésithérapie, ou en Médecine...) et ne peuvent être utilisés à des fins commerciales sans accord de l'auteur.
(Mise à jour : 05/11/2003)

Bibliographie :

  • Anatomie - Tome 1 Appareil locomoteur (2ième éd. 10ième tirage). Edition française dirigée par C. CABROL. éd. Flammarion Médecine-Sciences. 1992
  • Abrégés de Rhumatologie (5ième éd.) L. SIMON. éd. Masson Paris. 1989
  • Les feuillets d'anatomie J. BRIZON et J. CASTAING . éd. Librairie Maloine S.A.1985
- Fascicule I : Ostéologie du membre supérieur - Fascicule X : Ostéologie de la tête
- Fascicule II : Ostéologie du membre inférieur - Fascicule XI : Ostéologie de la tête et du tronc
  • Anatomie - Introduction à la clinique. P. KAMINA, Y. RIDEAU. éd. Maloine. 1987
  • Traumatologie du sport (5ième éd.). R.-G. DANOWSKI, J.-C. CHANUSSOT. éd Masson Paris. 1996

Auteur :
Claude HERTOGH

Tout au long de ce document, différentes icônes facilitent la lissibilité des paragraphes :
=Remarques ,   =Traumatologie,    =Orientation,    =Repères palpables










INTRODUCTION

L'Ostéologie [lat. ossum=os; grec. logia=théorie] est la partie de l'anatomie qui traite des différentes pièces osseuses du corps humain, elle est présentée dans ce document comme la base de l'anatomie de l'appareil locomoteur. Elle constitue le "squelette" de la connaissance en anatomie...
Il existe dans le corps humain 198 à 214 os distincts, ce nombre varie parfois avec notamment les côtes surnuméraires. Le plus long et le plus lourd est l'os de la cuisse, le Fémur (environ 50cm pour un homme de 1,80m) alors que le plus petit est l'Étrier dans l'oreille moyenne (environ 3mm pour un poids de 2 à 4mg).
Nous divisons le corps en grandes régions :

Les membres sont rattachés au tronc par des "ceintures". La ceinture scapulaire (composée des deux clavicules, des deux omoplates et du sternum) suspend le membre supérieur au tronc, la ceinture pelvienne (les deux os iliaques et le sacrum) fixe le membre inférieur au bassin.

Rôles du squelette :

Un os est une pièce du squelette constitué généralement par l'association de deux tissus : tissu osseux (recouvert de périoste) et tissu cartilagineux. Ils constituent des leviers sur lesquels pourront agir les muscles grâce à des éléments de liaison, les axes que constituent les articulations.
Étudier un os, c'est le reconnaitre, identifier ses reliefs caractéristiques et aussi apprendre à l'orienter. L'orientation d'une pièce osseuse nécessite de connaître au moins 3 reliefs caractéristiques qui seront orientés dans 3 directions perpendiculaires de l'espace. Cette mise en place permet de préciser s'il s'agit d'un os droit ou gauche. Bien positionner l'os dans l'espace (c'est-à-dire par rapport à la position anatomique de référence), c'est pouvoir reconstruire de proche en proche les articulations auxquelles il est associé.

On différencie trois types d'os : les os longs , les os courts et les os plats. Ce n'est pas tant leur forme extérieure qui les différencient mais leur composition :


POSITION ANATOMIQUE DE RÉFÉRENCE

Le corps humain s'étudie dans la position anatomique de référence dans laquelle le sujet se tient debout jambes tendues, tête droite, bras le long du corps avec les paumes des mains tournées vers l'avant (ainsi les deux os de l'avant bras sont parallèles).
Par rapport à cette position, on décrit trois plans et trois axes :
  1. un plan frontal qui divise le sujet en une partie antérieure et une partie postérieure,
  2. un plan sagittal qui divise le sujet en une partie droite et une partie gauche (le plan médian sépare le sujet en deux moitiés égales),
  3. un plan transversal qui divise le sujet en une partie supérieure et une partie inférieure,
  4. l'axe vertical est situé à l'intersection du plan frontal et du plan sagittal,
  5. l'axe sagittal à l'intersection du plan sagittal et du plan transversal,
  6. et l'axe transversal à l'intersection du plan  frontal et du plan transversal.

À partir de cette position anatomique de référence, nous définissons dans l'espace des positions et des directions dont les abréviations sont les suivantes.

Avant (AV)

Haut (HT)

Dehors (DH)

Droite (DR)

Arrière (ARR)

Bas (BAS)

Dedans (DD)

Gauche (G)

Nous utiliserons indifféremment les termes suivants ou leur synonyme : médial (ou interne), latéral (ou externe), proximal (proche de l'axe du corps : souvent supérieur) et distal (éloigné de l'axe du corps).




CLAVICULE

Généralités : os long, pair et non symétrique en forme de "S". Elle est sous-cutanée, située à la partie supérieure du gril costal et tendue entre le sternum et l'omoplate (scapula). Les clavicules forment avec les omoplates et le sternum la ceinture scapulaire qui relie le  membre supérieur au tronc. La clavicule est la seule liaison osseuse de l'articulation de l’épaule.
Elle possède 2 faces (supérieure / inférieure) et 2 bords (antérieur / postérieur). L’extrémité sternale est plus massive que l'extrémité acromiale.
Elle s’articule en DH avec l’acromion de l'omoplate, en DD avec le sternum (encoche sternale), en DD et en BAS avec le 1er cartilage costal.

Orientation :
en BAS : la face parcourue par une gouttière
en DH : l'extrémité aplatie de HT en BAS
en AV : le bord concave de cette extrémité

Repères palpables : os sous cutané dont on peut sentir le bord antérieur et la face supérieure lisse.
Remarque : c'est un os qui commence tôt son ossification (in utero) et la termine en dernier (env. 25 ans).
 
 


OMOPLATE (ou Scapula)

Généralités : os triangulaire, pair, plat (moins d'un millimètre d'épaisseur au centre, mais c'est os protégé par des muscles qui le prennent en sandwich) et non symétrique. L'omoplate forme avec la clavicule et le sternum la ceinture scapulaire. Elle est plaquée à la face postérieure du gril costal. Elle s’articule en HT et en DH à l'humérus, en HT avec la clavicule.
Elle possède 3 bords (supérieur / externe, latéral ou axillaire / interne, médial ou spinal), 2 faces (antérieure / postérieure) et 3 angles (supéro-externe / supéro-interne / inférieur ou pointe).
La surface articulaire (cavité glénoïde) avec l'humérus est orientée vers l'AV et présente un fibro-cartilage à sa périphérie (il est triangulaire à la coupe et il augmente la concavité de cette surface articulaire).

Orientation :
en AV : la face concave
en BAS : la pointe
en DH : le bord épais et la surface articulaire

Repères palpables : l’épine, l’acromion, la pointe inférieure, le bord spinal.
 
 



HUMÉRUS

Généralités : os long, pair et non symétrique qui constitue  à lui seul le squelette du bras. Il s’articule en HT, en DD et en ARR avec la cavité glénoïde de l'omoplate; en BAS et en DH avec le radius; en BAS et en DD avec le cubitus (ulna).
L'humérus est triangulaire à la coupe au niveau du 1/3 moyen de sa diaphyse. Il possède 3 faces (Postérieure / Externe ou antéro-latérale / Interne ou antéro-médiale) et 3 bords (Antérieur / Interne ou médial / Externe ou latéral). La tête articulaire, représente le 1/3 d'une sphère.

Orientation :
en HT : l'épiphyse coudée
en DD : la surface sphérique de cette extrémité
en AV : l'extrémité de la diaphyse parcourue d'une gouttière

Repères palpables : l'épicondyle (ou épicondyle latéral), l'épitrochlée  (ou épicondyle médial), le trochiter (tubercule majeur), le trochin (tubercule mineur).
Remarque : l'articulation scapulo-humérale est celle qui présente le plus grand risque de luxation (en cas de luxation il faut contrôler le nerf axillaire).
 



 


CUBITUS (ou Ulna)

Généralités : os long, pair et non symétrique. il est situé en DD et en ARR du radius avec lequel il forme le squelette de l’avant-bras. Il possède 3 bords (antérieur / externe ou interosseux / postérieur) et 3 faces ( antérieure / postérieure / interne). Il s’articule en HT avec l’humérus; en DH et à ses deux extrémités avec le radius; en BAS avec le carpe par l'intermédiaire du ligament triangulaire.

Orientation :
en HT : l'extrémité la plus volumineuse
en AV : la grande échancrure articulaire de cette extrémité
en DH : la petite échancrure articulaire de celle-ci

Repères palpables : l’olécrane, l'apophyse (ou processus) styloïde, le bord postérieur.
Remarques : la fracture de l’olécrane, la luxation du coude désorganisent la position des 3 repères : olécrane, épicondyle et épitrochlée (vue de DH, coude à 90° l'olécrane doit être en dessous de l'épicondyle / vue de l'ARR les 3 repères doivent former un triangle isocèle). En position anatomique de référence le cubitus et le radius se font face par l'intermédiaire de leur bord tranchant que relie un ligament interosseux.
 



 


RADIUS

Généralités : os long, pair et non symétrique. Il forme avec le cubitus (ulna) le squelette de l’avant-bras. Il occupe une position externe en position de référence.
Il possède 3 bords (antérieur / postérieur / interne ou interosseux) et 3 faces (antérieure / externe ou latérale / postérieure). Il s’articule en HT avec l’humérus; en DD et à ces deux extrémités avec le cubitus; en BAS avec deux os du poignet : le scaphoïde et le semi-lunaire (ou lunatum).

Orientation :
en BAS : l'extrémité la plus volumineuse
en ARR : la face de cette extrémité creusée de gouttières, rugueuse
en DD : le bord le plus tranchant

Repères palpables : l'apophyse (ou processus) styloïde, la tête, le bord postérieur à partir du 1/3 moyen.
Remarque : en forme de manivelle, "la courbure pronatrice" le radius s'enroule autour du cubitus fixe pendant la pronation. En position anatomique de référence le radius et le cubitus se font face par l'intermédiaire de leur bord tranchant. Les mouvements de prono-supination peuvent avoir lieu a chaque position de la flexion/extension.
(La double courbure pronatrice : dans le plan frontal : le 1/4 supérieur du radius est concave en DH, les 3/4 inférieurs concaves en DD ; dans le plan sagittal l'os est légèrement concave en AV)
 




 


POIGNET & MAIN

Généralités : outil de la préhension, la main (paire et non symétrique) est l'organe terminal du membre supérieur. La main peut posséder des os inconstants (les plus fréquents étant les deux sésamoïdes du pouce). Elle possède 5 doigts numérotés de I à V en commençant par le pouce, externe, en position anatomie. La face dorsale est légèrement convexe de HT en BAS et de DD à DH.
On décrit trois parties : 
  1. le carpe est formé de 8 os courts, pairs et non symétriques disposés en 2 rangées (antibrachiale et métacarpienne). Ils constituent les os du poignet, 
  2. le métacarpe est formé de 5 os longs, pairs et non symétriques : les métacarpiens qui sont articulés aux phalanges et constituent le squelette de la paume de la main, 
  3. les phalanges constituent le squelette des doigts (14 os longs pairs et non symétriques ). Elles sont au nombre de 3 pour les doigts II à V (proximale, intermédiaire et distale) et seulement 2 pour le pouce (proximale et distale). 

Face dorsale
main

Le scaphoïde et le semi-lunaire s’articulent en HT avec le radius. Le pyramidal s’articule en HT avec le cubitus (ulna) par l’intermédiaire du ligament triangulaire.

Orientation :
en DH : le pouce
en AV : la face concave

Repères palpables : le scaphoïde (au fond de la "tabatière anatomique"), les métacarpiens et les phalanges, les articulations métacarpo-phalangiennes.
Remarques : En traumatologie sportive, la fracture du scaphoïde est fréquente lors de chute avec la main en opposition. C'est une fracture qui se cicatrise mal et entraîne souvent une diminution de mouvement.
Nomenclature : semi-lunaire (lunatum), pyramidal (triquetrum), grand os (capitum) et os crochu (hamatum).
 





 


OS ILIAQUE (ou Os coxal)

Généralités : c’est un os plat, pair et non symétrique, vrillé en forme d'hélice. Il forme avec son homologue et le sacrum la ceinture pelvienne qui unit le membre inférieur au tronc. Il s'articule en DH avec le fémur; en DD et en AV avec son homologue ; en DD et en ARR avec le sacrum. L'os iliaque possède un trou, 4 bords (supérieur / antérieur / postérieur / inférieur) et 2 faces (interne ou endopelvienne / externe ou exopelvienne).

Il est constitué embryologiquement de trois parties soudées (en HT l'ilion [1], en BAS et ARR l'ischion [2] et en BAS et AV le pubis [3] ). La soudure en forme de "Y" est centrée sur la surface articulaire avec le fémur : la cavité cotyloïde ou cotyle (ou acétabulum) .

On distingue 3 segments :

  • supérieur (c'est l'aile iliaque, aplatie et large, elle regarde en DH et en ARR),
  • inférieur (c'est le pourtour osseux du trou, moins large que le segment supérieur, il déborde en AV et en DD)
  • et moyen (qui porte la cavité articulaire avec le fémur).


Vue antérieure os iliaque G

Vue externe
os iliaque G

Orientation :
en DH : la face qui présente la cavité articulaire hémisphérique
en BAS : l'échancrure de celle-ci
en ARR : le bord le plus échancré de l'os

Repères palpables : l'épine iliaque antéro-supérieure,  l'épine iliaque postéro-supérieure, la crête iliaque, la tubérosité ischiatique (en position assis), la symphyse pubienne.
Remarques : la crête iliaque est au niveau de la 4ième lombaire (L4). Cet os présente des variations sexuelles notamment un diamètre interne plus large chez la femme.





 


FÉMUR

Généralités : c'est le plus long os du corps humain. Il est pair, non symétrique et constitue le squelette de la cuisse. Il est triangulaire à la coupe au milieu de sa diaphyse. Il possède 3 bords (externe ou latéral / interne ou médial / postérieur ou ligne âpre) et 3 faces (antérieure / externe ou postéro-externe ou postéro-latérale / interne ou postéro-interne ou postéro-médiale).

En HT, en DD et en AV, la tête du fémur (2/3 d'une sphère) s'articule avec l'os iliaque. En BAS et en AV, le fémur s'articule avec la face postérieure de la rotule par la trochlée fémorale (joue externe plus haute). En BAS, il s'articule par l’intermédiaire des ménisques au plateau tibial. Le condyle interne ou médial est moins large et plus long que le condyle externe ou latéral.

Vue inférieure
L'échancrure intercondylienne reçoit les ligaments croisés.

Orientation :
en HT : l'extrémité coudée
en DD : la partie sphérique de celle-ci
en ARR : le bord le plus saillant

Repères palpables : le grand trochanter, les épicondyles interne et externe.
Remarques : L'angle cervico-diaphysaire diminue avec l'âge : de 140/145° chez l'enfant à 120/125° chez le vieillard. Il n’y a pas d’articulation  entre le fémur et le péroné (fibula). 
La fracture du col du fémur (ayant pour cause l’ostéoporose) est plus fréquente chez la femme ménopausée, du fait de sa décalcification osseuse. (Cf. Prothèse de la hanche)
 




 


ROTULE (ou Patella)

Généralités : c'est un os sous-cutané situé à la face antérieure du genou. C’est le plus gros  des os sésamoïdes du corps humain. Elle s’articule en ARR avec la trochlée fémorale par l'intermédiaire de 2 facettes. Elle est triangulaire à somment inférieur, aplatie d'AV en ARR.

Elle fait suite au tendon quadricipital qui s'y fixe, la recouvre et se prolonge vers le bas par le tendon rotulien. Elle est maintenue latéralement par deux ligaments appelés l'aileron interne et externe. Elle protège de l'usure le tendon quadricipital, et augmente le bras de levier du quadriceps et donc son efficacité dans les mouvements d'extension du genou.

Orientation :
en AV : la face convexe
en BAS : la pointe
en DH : la facette articulaire la plus étendue, la plus large

Repère palpable : la face antérieure rugueuse.
Remarque : elle joue un rôle déterminant dans l'extension de la jambe en assurant la continuité entre le tendon quadricipital et le tendon rotulien, c'est le point de réflexion du quadriceps (son ablation fait perdre 30% de force au quadriceps).
 





 


TIBIA

Généralités : c'est un os long, pair et non symétrique qui forme avec le péroné (fibula) le squelette jambier. Il est situé en AV et en DD du péroné. C'est un os triangulaire à la coupe qui possède 3 bords (antérieur / interne ou médial / externe ou interosseux) et 3 faces (interne ou antéro-médiale / externe ou antéro-latérale / postérieure).
Il s’articule en HT avec le fémur par l’intermédiaire des ménisques (interne et externe) ; en DH avec le péroné à ses deux extrémités et par la membrane interosseuse; en BAS avec l'astragale.
L'extrémité supérieure du tibia présente 2 surfaces sans cartilage où s'attachent les ménisques.

Orientation :
en BAS : l'extrémité la moins volumineuse
en DD : la pointe de celle-ci
en AV : le bord le plus saillant

Repères palpables : la tubérosité antérieure du tibia (tubercule antérieur), le bord antérieur (ou crête tibiale), la face interne, la malléole (plus haute que la malléole du péroné).
Remarques : l'articulation du genou est la plus grosse du corps humain, le plateau tibial est déjeté vers l’ARR ce qui occasionne des mouvements de flexion de plus grande amplitude. La présence des ménisques et des ligaments croisés (antéro-externe et postéro-interne), à la surface du plateau tibial, vient améliorer la stabilité de cette articulation.
 




 


PÉRONÉ (ou Fibula)

Généralités : c'est un os long, pair et non symétrique qui forme avec le tibia le squelette de la jambe. Il possède 3 bords (antérieur / postérieur / interne ou interosseux) et 3 faces (interne ou médiale / externe ou latérale / postérieure). Il est situé en DH et sur l'ARR du tibia. Il s’articule en DD, à ses deux extrémités, au tibia auquel il est relié par un ligament interosseux et en BAS  et en DD avec l'astragale.

Orientation :
en BAS : l'extrémité aplatie de DD à DH
en DH : la pointe de celle-ci
en ARR : la face rugueuse de cette extrémité (gouttière)

Repères palpables : la tête, la malléole externe sous cutanée que constitue l'extrémité distale de l'os.
Remarques : le nerf fibulaire passe au niveau du col du péroné, la fracture du col peut donc entraîner une lésion nerveuse (paralysie de la loge antérieure et latérale de la jambe) rendant impossible le relevé de la pointe du pied handicapant fortement la marche.
Le péroné n'a pas de rôle dans la transmission des pressions mais c'est un élément essentiel de l'articulation de la cheville (rôle de mortaise). c'est un os grêle présentant une grande élasticité.
 




 


CHEVILLE &PIED

Généralités : l'organe terminal du membre inférieur est pair et non symétrique. Le pied est formé de 26 os, les orteils sont numérotés de I à V en commençant de l'intérieur. L'astragale (ou talus) est articulaire en HT avec les deux os de la jambe (il forme un tenon enchâssé entre la mortaise tibio-péronière); en BAS avec le calcanéum.
pied vue supérieure Nous décrivons trois parties : 
  1. le tarse est formé de 7 os courts pairs et non symétriques disposés en 2 rangées. Le tarse postérieur [1a] contient 2 os et le tarse antérieur [1b] 5 os, 
  2. le métatarse est formé de 5 os longs pairs et non symétriques. Les métacarpiens sont articulaires avec les phalanges. Ils forment le cou-de-pied et constituent l'arche antérieure de la voûte plantaire (le pied repose en AV sur les têtes des métacarpiens I et V), 
  3. les phalanges sont formées de 14 os longs pairs et non symétriques. Comme pour la main, on dénombre trois phalanges (proximale, intermédiaire et distale) aux orteils II à V et deux phalanges pour le I. 

Remarque : l'articulation de la cheville est la plus sujette aux entorses.
 





 


CRÂNE

Généralités : il compose le squelette de la tête. On différencie 2 parties : crâne cérébral ou neurocrâne (c'est la boite crânienne qui contient le Système Nerveux Central) et le squelette facial ou splanchnocrâne contenant la seule partie mobile du crâne : le maxillaire inférieur (ou mandibule).
Le crâne est articulé en BAS à la 1ière vertèbre cervicale (atlas) par l'intermédiaire des condyles de l'occipital. Le crâne est formé d'os plats (paires et impaires) articulés entre eux au moyen de sutures (synarthroses). Nous n'étudierons ici que les os de la superficie.

Repères palpables : à la périphérie les os sont sous cutanés, l'apophyse mastoïde (temporal). la face présente de nombreux os palpables.

Exemple de sutures

Remarques : l'os frontal et le maxillaire supérieur sont creusés de cavités : les sinus. Le centre de gravité du crâne est situé en avant de son appui sur l'atlas. La voûte crânienne du nouveau-né présente des fontanelles (espaces interosseux occupés de tissu conjonctif) notamment entre le frontal, les pariétaux et l'occipital. La dernière ne s'obture qu'au cours du 36° mois.
Le temporal abrite l'oreille moyenne et interne. La protection de l'oeil est assurée en HT par l'arcade sourcilière (le frontal), en DH par la pommette (le malaire), en DD par le nez (les os propres).
 




 


VERTÈBRES

Généralités : les vertèbres, de forme hybride, sont constituées de lames osseuses rayonnées et d'un corps compact, elles sont souvent associées à des os courts. Elles sont impaires et symétriques. Superposées, elles s’articulent entre elles, par l’intermédiaire du disque intervertébral et des apophyses articulaires supérieures et inférieures, pour former une longue tige osseuse et flexible : la colonne vertébrale ou rachis. Cette tige est parcourue d'un canal médullaire qui contient la moelle épinière. Les vertèbres sont numérotées de HT en BAS.
Le rachis présente 3 courbures dites physiologiques dans le plan sagittal : une lordose cervicale (convexe en AV), une cyphose dorsale ou thoracique (convexe en ARR) et une lordose lombaire (la résistance R de la colonne vertébrale dépend du nombre de ses courbures n selon la formule : R = n2+1).

On dénombre 24 vertèbres mobiles, dont : 

Plus 5 vertèbres sacrées, fusionnées qui forment le sacrum et 4 à 6 vertèbres coccygiennes atrophiées, formant le coccyx).

Les vertèbres possèdent des reliefs propres et d'autres communs
que l'on peut rassembler sur une vertèbre schématique

Vue supérieure

le corps [1]
le trou rachidien [2]
les apophyses transverses [3]
l'apophyse épineuse [4]

vertèbre type
ARR

[5] les apophyses articulaires supérieures
(il existe 2 ap.articulaires inférieures)
[6] les pédicules
[7] les lames


Orientation :
en AV : la partie massive (corps)
en HT : les apophyses articulaires qui  regardent vers ARR

Caractéristiques propres aux différents type de vertèbres 
 
CERVICALE
sauf Atlas (C1) et Axis (C2)
DORSALE (ou thoracique)
LOMBAIRE
Corps
rectangulaire, bec
cylindrique,
4 facettes costales
réniforme
Trou (foramen)
arrondi et étroit, moelle épinière
arrondi et étroit, moelle épinière
triangulaire & large, moelle jusqu'à L2
Apophyse articulaire supérieure
 regarde en HT et ARR
regarde en HT et ARR
regarde en HT en ARR et en DD
Apophyse articulaire inférieure
 regarde en BAS et AV
regarde en BAS et AV
regarde en BAS en AV et en DH
Apophyse transverse
bifide, possède 
un trou transversaire
vers DH et ARR,
avec  une facette costale
renflée, possède 
un tubercule accessoire
Apophyse épineuse
bifide, horizontale
fine, longue, vers le BAS
massive et horizontale
Schéma

Le disque intervertébral est un disque de collagène, fibreux et élastique, situé entre les corps de 2 vertèbres successives (les plateaux vertébraux sont encroûtés de cartilage) et maintenu en place par les ligaments vertébraux communs. Le disque est constitué de 2 parties :
  • la périphérie dure (fibres concentriques : annulus fibrosus) et
  • le centre mou ou noyau (nucléus pulposus). Il joue un rôle important dans l'absorption des contraintes mécaniques.
Remarques : deux vertèbres empilées créent un espace latéralement ; c'est le trou de conjugaison situé en ARR du corps vertébral et du disque intervertébral. Il est le lieu de passage de fibres nerveuses.

Repères palpables : les apophyses épineuses (ou processus épineux), la 7° cervicale à la base du cou est la 1ère palpable.
La colonne vertébrale peut présenter une déviation pathologique, dans le plan frontal : la scoliose (déviation latérale, rachis en "S" vue de l'ARR). Le recul du noyau vers le trou de conjugaison ou le canal rachidien se nomme hernie discale, la plus fréquente à lieu entre L5 et S1.







ATLAS ET AXIS

Généralités : L'atlas et l'axis sont des os médians donc symétriques. L'atlas, 1ière vertèbre cervicale (C1) ne possède pas de corps. Elle est articulaire en HT avec les condyles de l'os occipital et en BAS avec l'axis. L'axis, seconde cervicale (C2), se différencie des autres vertèbres cervicales par le promontoire (apophyse odontoïde) qui surplombe son corps. Elle est articulaire en HT avec l'atlas (au niveau de ses apophyses articulaires supérieures et au niveau de l'apophyse odontoïde) et en BAS avec la 3ième cervicale.

Orientations :
  • Atlas
    en ARR : l'arc le plus long
    en HT : les surfaces articulaires concaves

       
  • Axis
    en AV : le corps de la vertèbre
    en HT : le promontoire de celui-ci


Remarque : l'apophyse odontoïde de l'axis est en contact avec l'arc antérieur de l'atlas en AV et un ligament (ligament transverse) encrouté de cartilage en ARR





SACRUM

Généralités : c’est un os médian, impair et symétrique de forme pyramidale aplatie d'AV en ARR et situé à la partie postérieure du bassin. Il contribue à la formation de la ceinture pelvienne avec les 2 os iliaques. Il est formé par la fusion de 5 vertèbres sacrées. Il s’articule en HT avec la dernière vertèbre lombaire (par l’intermédiaire d’un disque intervertébral), en DH avec les 2 os iliaques, en BAS avec le coccyx. Il possède 4 faces (antérieure / postérieure / 2 latérales) et un sommet inférieur.

Orientation :
en BAS : la pointe
en AV : la face concave

Repère palpable : la crête sacrée.
Remarques : la concavité antérieure du sacrum est plus marquée chez l'homme, il est plus court et plus large chez la femme. Le sacrum possède des mouvements de nutation et contre-nutation lors de l'accouchement (le sommet inférieur du sacrum recule d'environ 2,5cm en fin d'accouchement alors même que les ischions s'éloignent l'un de l'autre et que les ailes iliaques se rapprochent).


COCCYX

Le coccyx est un os triangulaire à sommet inférieur. Il est constitué de 4 à 6 vertèbres coccygiennes atrophiées qui sont parfois soudées en 2 pièces articulées. Il s’articule en HT avec le sacrum.

Repère palpable : La face postérieure et la pointe.

HT
coccyx
Vue antérieure - Vue postérieure


 




 


STERNUM

Généralités : c'est un os plat, médian donc impair et symétrique. Il est situé dans la partie antéro-supérieure de la cage thoracique et contribue à créer la ceinture scapulaire. Il possède 2 faces (Antérieure / Postérieure) et 3 bords (Supérieur / 2 Latéraux qui sont crénelés). Il s’articule en DH avec les côtes par l'intermédiaire de leur cartilage, en HT et en DH avec les clavicules.
On distingue 3 parties : le manubrium sternal en HT (avec 2 échancrures claviculaires articulaires avec les clavicules), le corps et l'apophyse xiphoïde en BAS.

Le sternum possède 2 fois 7 échancrures costales recevant les 14 cartilages costaux (la 1ière est située sur le manubrium, la 2ième à cheval sur le manubrium et le corps, la dernière à cheval sur le corps et l'apophyse xiphoïde).

Orientation :
en BAS : la pointe
en ARR : la face concave

Repères palpables : c'est un os sous cutané dont la face antérieure est palpable ainsi que la fourchette sternale (bord supérieur).
Remarques : le corps du sternum est un gros réservoir de cellules sanguines. Le manubrium et le corps du sternum forment un angle de 15° (angle de Louis).
 






CÔTES

Généralités : Les côtes sont des os plats, pairs et non symétrique créant la quasi-totalité de la cage thoracique. Il y a 12 paires de côtes numérotées de HT en BAS. Elles possèdent 2 faces (Externe / Interne) et 2 bords (Supérieur / Inférieur).
Elles s’articulent en AV et en DD avec le sternum (par l’intermédiaire du cartilage costal) et en ARR avec la vertèbre dorsale (ou thoracique) correspondante.

De HT en BAS, on distingue : [1] sept côtes sternales ou "côtes vraies"
(qui s'articulent au sternum : articulation chondro-sternale), [2] trois "fausses
côtes" (dont le cartilage costale se jette sur le cartilage costale de la côte
supérieure)  et [3] deux "côtes flottantes" (libres en AV). 

La longueur des côtes augmente jusqu'à la 7ième puis diminue de la 8ième à la dernière. En forme d'arc concave en DD, les côtes sont obliques vers le BAS et l’AV et présentent une extrémité renflée : la tête. On différencie 3 parties sur l'arc costal que l'on divise en 1/3 : 

  1. l'arc postérieur, 
  2. l'arc médian, 
  3. et l'arc antérieur (contenant le cartilage costal). 

Orientation :
en DH : la face convexe
en BAS : le bord le plus mince
en ARR : la tête

Repère palpable : la face externe, sous cutanée et la cartilage costal.
Remarques :  l'articulation de la tête de la côte "Y" s'effectue avec le corps des vertèbres dorsales numérotées "Y" et "Y-1" et contre l'apophyse transverse de la vertèbre numérotée "Y".
Pendant l'inspiration : au niveau des dorsales supérieures, le diamètre sagittal augmente quand des côtes s'élèvent; au niveau des dorsales inférieures, le diamètre frontal augmente quand des côtes s'élèvent. A l'inspiration le cartilage costal se tord, puis se détord à l'expiration.
En cas de fracture, risque de perforation de la plèvre ou d'embrochement du poumon . Le cas le plus fréquent est la fracture du col.
 
   



  Spécificités de la 1ière côte - Généralités : c'est un os plat, pair et asymétrique. C’est la plus courte des côtes, elle est aplatie de HT en BAS, possédant une face supérieure et inférieure. Elle est la côte supérieure du grill costal et s’articule en AV et en DD avec la clavicule et le sternum (articulation sterno-costo-claviculaire), en ARR avec le corps vertébral et l'apophyse transverse de la 1ière vertèbre dorsale. L'angle entre le corps et la tête de la 1ière côte est de 90°.
Orientation :
en DD : la concavité
en HT : l'emprunte
en AV : la partie la plus massive